Sur la route des villages blancs en Andalousie

L’Andalousie est le sac à dos de L’Espagne. Il est rempli de pépites dont “les villages blancs“qui ont pour noms: Ronda, Vejer de la Frontera, Arcos de la Frontera. Ces villages sont construits sur des pics de la chaîne de montagne qui matérialisaient autrefois la frontière entre l’Espagne arabe et l’Espagne catholique. Les routes qui conduisent à ces villages sont larges, pas trop sinueuses et en bon état. Celle qui relie Ronda à Arcos de la Frontera offre un spectacle à nul autre pareil. Bref, cette Andalousie est le paradis des routards.

Sur la route des villages blancs d’Andalousie

tampon-voyagez-malin90x90Ronda

De tous les villages blancs en Andalousie, Ronda est mon village blanc préféré. Il est construit de part et d’autre d’une faille, au fond de laquelle coule El Tajo, qu’enjambe El puente Nuevo, un pont à trois arches datant du XVIII ème siècle. C’est à cette époque qu’ont été construites dans ce village les plus vieilles arènes d’Espagne.

Du Parador, tout près d’El puente Nuevo, une ballade promène le piéton le long d’une impressionnante falaise. La vue plongeante sur la campagne environnante est magnifique.

Ronda Puente Nuovo

Ronda: El Puente Nuovo

Laissez vos commentaires...

Où dormir à Ronda ?

L’hébergement que je recommande est El Poeta, un ancien palais dans le centre historique. Il est conservé dans son jus et remarquablement tenu pour un prix très raisonnable (46 € via Booking) quand nous y avons résidé en février 2016.
En plus, de l’hôtel tous les endroits incontournables du village sont accessibles à pied. Le parking (dont le prix pour la nuit est en partie pris en charge par l’hôtelier) est à proximité, sous la Plaza Del Socorro.
De l’hôtel un chemin de randonnée conduit jusqu’au lit du Tajo qui coule dans le bas de faille. Le chemin de randonnée abrupte mais facile malgré tout.

Où manger à Ronda ?

Dans Espinel, la rue piétonne, je recommande Maestro. Ce bar à tapas est ouvert depuis 1946. Il se limite à un comptoir à l’intérieur et à quelques tables dans la rue. En plus, ce bistro fréquenté par les locaux est imprégné des exploits du fameux torero Antonio Ordonez.
Les tapas sont d’un excellent rapport qualité/prix. La sangria du jour est originale. Le petit déjeuner salé du matin vaut aussi une halte.

tampon-voyagez-malin90x90Vejer de la Frontera

Ce village blanc est situé à 55 km au sud-est de Cadix. Il est perché sur une colline à une dizaine de km de la mer. Premièrement il faut savoir que sa qualité principale est d’être piétonnier. Un labyrinthe de ruelles tortueuses vous invite à vous y  perdre. Par ailleurs on trouve de bons hébergements, de bonnes tables et des marchands d’artisanat.

Vejer

Une ruelle typique de Vejer

Où loger à Vejer de la Frontera ?

Pour l’hébergement je vous conseille “Vejerisimo” (28 calle Trafalgar) une maison d’hôtes avec 4 chambres. Les propriétaires (un couple belge) habitent à la campagne quelques km plus bas. La maison est décorée avec goût.
La nuitée n’est pas donnée (75 € en février 2016) mais le prix est justifié tant la qualité du lieu est exemplaire. Le stationnement gratuit est à moins de 100m de l’établissement.

Où manger à Vejer de la Frontera ?

A proximité de la place d’Espagne, presque en face l’hôtel “La Casa des Califa”, je recommande le “Bar Peneque“, un bistro conservé dans son jus où les locaux viennent jouer aux cartes et aux dominos, regarder les matchs de foot à la télé, et siroter l’anisette. Les tapas sont bons et pas cher. La carte du restaurant est couleur locale avec du Toro au menu.

tampon-voyagez-malin90x90Arcos de la Frontera

Arcos de la Frontera est ma 3ème étoile dans mon hit-parade des villages blancs. Il est situé à 33km de Jerez de la Frontera dans l’est.
C’est un village blanc de charme dont la couleur commence à passer par endroit. Il est perché sur un promontoire rocheux surplombant le rio Guadalete. Les bonnes adresses se concentrent sur la partie haute difficilement accessible en voiture.

Où trouver un parking?

Le plus sage est de garer le véhicule dans le parking gratuit près de la gare routière et prendre la navette qui fait le va et vient entre le village d’en bas et le village d’en haut. Si vous prenez le risque de monter en voiture garez vous sur la place du centre historique près du Parador ou de la cathédrale.

Astuce: La meilleure chance de trouver une place de stationnement à cet endroit est d’arriver à l’heure de la sieste. La parking est gratuit la nuit, bon à savoir quand on est hébergé la haut.

Gitan+EoleOù loger à Arcos de la Frontera ?

Si le Parador est trop cher pour vous, voici une bonne adresse tout près, la “Casa Campana” (4 calle Nunez de Prado) tenue par un couple d’anglais qui habite dans cette aile d’un ancien palais. 4 chambres. Un toit terrasse qui offre une belle vue sur le village et ses environs. Il est dans le routard. 42 € la nuitée. Bon rapport qualité/prix trouvé sur Booking.com

Où manger à Arcos de la Frontera ?

Pour vous restaurer je recommande la “Taberna San Pedro“. C’est un petit bistrot fréquenté par les locaux qui est situé à 15m à droite en sortant de l’hôtel. Des tapas bon marchés, pas très variés mais bons. Demandez un plat de jambon ibérique. Délicieux. En plus il s’agit d’une plongée dans la vie quotidienne des villageois d’Andalousie. Ambiance sympa.

Où prendre le thé ?

Ne manquez pas de prendre le thé dans le salon terrasse de l’hôtel Parador. Derrière une immense vitre fixe vous aurez une vue plongeante sur les collines d’en bas.. Pour 1,50€ le thé, il ne faut pas manquer ce spectacle. Et comme le salon de thé accueille les non-résidents. Profitez-en.

Arcos

Une vue du quartier historique d’Arcos de la Frontera

tampon-voyagez-malin90x90Gibraltar, l’Andalousie anglaise en mode Brexit

 

Gibraltar est une enclave britannique en Andalousie.

Gibraltar vu du RocherSur ce rocher tout nous renvoie au Royaume Uni. Les portraits de la Reine, les boîtes à lettre rouge comme en Angleterre, quelques « bobbies » et un alignement de bars comme dans toutes les villes britanniques.

Toute en longueur le centre-ville s’aligne de part et d’autre de Main Street. On entre dans Gibraltar via une frontière qui sépare le rocher de l’Espagne aux abords de la ville de La Linea de la Concepcion.

Comment se rendre dans le centre-ville ?

La statue hommage aux travailleurs espagnols de GibraltarEn voiture

Mais ce n’est pas recommandé car au retour vous risquez d’être bloqué à la frontière par un excès de zèle des douaniers espagnols.

En bus

C’est l’option idéale. Vous laissez votre véhicule dans les parkings prévus à cet effet, vous passez le contrôle de police en présentant un passeport ou une carte d’identité à jour et vous montez dans un bus rouge qui vous attend pour vous conduire au centre-ville près de la Marina.

Que voir à Gibraltar ?

Le Rocher

On y grimpe par le téléphérique baptisé « Top of the Rock »que l’on prend à l’extrémité de Main Street. Ce le mode de transport idéal pour arriver sans peine au sommet du rocher où vous attendent les fameux singes de Gibraltar et où vous aurez une vue splendide sur Gibraltar et ses environs.

Les fameux Singes de GibraltarThe Convent

C’est la résidence officielle des gouverneurs. En semaine on peut assister à la relève DU garde du Royal Gibraltar Monument.

Great Siege Tunnels

De la rembarde proche de l’entrée des tunnels creusés dans les rochers pour bombarder les espagnols pendant le grand siège on a une vue impressionnante sur l’aéroport et la ville espagnole frontière La Linea.

Ce contenu a été publié dans Andalousie, Espagne, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Sur la route des villages blancs en Andalousie"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Jacquet
Invité
Super; Une véritable invitation au voyage. Ne manque plus que les coordonnées des offices de tourisme
Grand voyageur aux petits moyens
Invité
Grand voyageur aux petits moyens
Suite à votre article, par chance, j’ai pu voir hier sur Arte à 15H30 une émission sur les vilages blancs.
“Sur les plus beaux sentiers d’Europe, le globe-trotter Bradley Mayhew célèbre la randonnée. En Andalousie, un sentier de 200 kilomètres relie les célèbres ‘villages blancs’, ocupés jadis par les Maures.”
wpDiscuz